Philippe Jégousse, une indicible impression de lumière

Philippe Jégousse se définit lui-même comme un amateur de photographie, qui s’est perfectionné au fil de ses expérimentations, particulièrement lors d’un long séjour à Londres en 1979-1980. « J’ai appris pendant cette période la technique de la photo argentique en noir et blanc, ses contrastes, cette indicible impression de lumière obtenue dans le bain révélateur ».Philippe Jégousse, une indicible impression de lumière dans Reportage img_8197-regard-de-chats-300x200

Son intérêt pour la photo n’a cessé d’évoluer au travers de photos plus familiales, d’instants saisis sur le vif lors de séjours dans les différentes régions où il s’est installé en famille.

Passé au réflex numérique depuis une dizaine d’années, il est toujours attiré par ce moyen d’expression qui allie lumière, sujet, sensibilité artistique et technique. N’étant spécialisé dans aucun registre particulier, il explore différents thèmes tels que l’instantané, une scène de la vie, un paysage, une composition architecturale, en fonction de l’ambiance du moment et de l’éclairage.

Philippe Jégousse expose du 8 au 20 janvier à la Maison de la Culture (attention, fermeture exceptionnelle les 12 et 13 janvier)

0 Réponses à “Philippe Jégousse, une indicible impression de lumière”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Tuezpasnosanimaux |
Lefrancvincent2 |
Islande, terre de contrastes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Animaux et nature
| Photosfolies
| Erexered